Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

29/10/2012

Bart De Wever : défense et illustration de la propagande...

La propagande est coutumière du fait de sortir un mot de son contexte pour lui donner une signification "triviale" qui aide à justifier une certaine conception du monde...

Dernier exemple en date : ce dimanche à la VRT.

Se référant à Geert Noels, Bart De Wever invoque le concept de "wallonisering"...

Lire la suite

04/01/2012

De l'art du slogan en Flandre...

L'IRES publiait récemment une étude de trois chercheurs liégeois extrapolant dans son avant dernier paragraphe les conclusions d'une analyse couvrant l'espace européen aux deux principales régions belges.
Pour intéressante qu’elle soit, les choix des auteurs s’avèrent avant tout ceux d’économistes et non d’épidémiologiste...

Il est bien connu, par exemple, que l’indicateur “espérance de vie” souvent utilisé comme indicateur de la performance du système de santé en raison de sa croissance historique parallèle à celle des dépenses en soins de santé, est également un indicateur du mode de vie des habitants de la région évaluée.
Nous en voulons pour preuve les premières places de l’Espagne, Malte, mais également Chypre...
Ces pays n'étant pas particulièrement renommés pour la qualité de leur système de santé, à l'inverse de la très moyenne place du Danemark, par exemple.
Une réponse est sans doute fournie par d’autres études comme celle portant sur les vertus préventive des maladies cardiovasculaires du “régime méditéranéen”.
Si les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de mortalité, leur plus faible incidence en Flandre s’explique –en partie- par la différence de nature des matières grasses utilisées dans l’alimentation : les études épidémiologiques montrent depuis longtemps une plus grande utilisation de matière grasse végétale en Flandre qu’en Wallonie.
En bref, quand la Flandre utilise de la margarine (graisses poly-insaturées), la Wallonie consomme du beurre (graisses saturées)...

Avec comme résultat une espérance de vie de 80,73 ans en Flandre pour 78,41 en Wallonie...
Ce qui revient à placer la Flandre au niveau des Pays-Bas et du Luxembourg... et la Wallonie au niveau du Danemark !!!

 

Considérons à présent l’indicateur taux de pauvreté...

Point n’est besoin de taux de corrélation pour s’apercevoir qu’il est directement lié au statut d’activité :

 

statut

VL

W

Avec emploi

3,5

5,4

Sans emploi

16,6

25,0

chomeur

23,0

33,1

pensionné

15,2

16,7

 

(Sce http://www.luttepauvrete.be/chiffres_nombre_pauvres.htm )

Retenir –à la fois-  l’indicateur de pauvreté et le taux de chomage pour la constitution de l’indice synthétique revient à doubler le poids de cette variable. En clair, près de 40% de l’indice synthétique s’explique par deux variables liées...

 Considérons à présent l’indicateur d’inégalité sociale :
de toute évidence les régions à haut taux de chômage concentrent une population élevée dans les deux premiers déciles, l’écart avec les deux derniers déciles ne peut donc qu’en être affecté...
A nouveau la variable explicative est la même variable économique... le chômage !!!

Quant au dernier indicateur, le taux de décrochage scolaire, il est lui-même une variable explicative du chômage... puisqu'en Wallonie comme en Flandre, les chiffres des FOREM/VDAB montrent que le plus grand nombre de chomeurs s’observe dans les catégories les moins scolarisées : en décembre 2011, 49,8% des chômeurs flamands et 51,4% des chomeurs wallons n’avaient pas réussi le premier degré de l’enseignement secondaire.

 

En conclusion,

On est en droit de s’interroger sur les conclusions politiques tirées d’une telle analyse économique...

A nos yeux, elles sont simples : la Wallonie doit radicalement réformer son enseignement (Communauté française) pour espérer diminuer son taux de chomage et augmenter l’efficacité de son “Etat providence” (Région Wallonne )...

Il est dommage que les auteurs n’aient pas tenté de rechercher les variables explicatives des indicateurs utilisés, cela aurait permis de nuancer le propos...

La chose est d’autant plus dommage(able) qu’alors que les auteurs ont pris la précaution d’inscrire leur étude dès le début dans le cadre d’une évaluation de l’efficacité et non de la performance, le Ministre Président Flamand en a quant à lui fait une évaluation de la performance...

Mais n’est-ce pas le propre du Mouvement Flamand que de manipuler les faits pour les transformer leurs jugements en slogans à l'avantage de la Flandre ?

 

23/12/2011

Vous attendiez la rigueur... voici l'austérité !!!

La différence peut paraitre anodine... une simple question de sémantique.

Mais l'austérité est le caractère de "ce qui est austère".
Austère, αὐστηρός, "qui assèche, qui rend rigide", a donné en latin le mot "auster" par lequel les romains désignaient les vents asséchants du Midi.

Quant à la rigueur, du latin "rigorem", elle me renvoie dans ce contexte à mes cours de math... elle implique une grande exactitude, une grande sévérité dans l'application des règles. 

Lire la suite

13/12/2011

Quand le nationalisme flamand tente l'alibi académique

Dans une récente opinion au "Vif-l'Express", Bart Maddens légitimise un raisonnement qui se répand dans l'opinion publique d'autant plus facilement qu'il est (trop) facile à comprendre : “le gouvernement Di Rupo Ier est franchement antidémocratique. Dans la démocratie flamande, une minorité de losers électoraux arrive au pouvoir. Une minorité qui prend appui sur une majorité écrasante dans l'autre démocratie.”

En d’autres termes, si l’Etat Belge est en réalité constitué de deux démocraties, il serait anti-démocratique que la majorité fédérale ne soit pas constituée des majorités récemment constituées dans chacune des démocraties composantes...

Le raisonnement, cousu de fil blanc, est simpliste, mais sa simplicité séduit précisément par son image d'apparente évidence !!!.

Lire la suite

09/12/2011

De l'intelligence démocratique...

Mon billet d'hier -et plus particulièrement la définition de la démocratie qu'il propose- suscite la réaction d"un citoyen"...

Le plus grand nombre serait-il systématiquement égal à la majorité numérique ?

Considérons un premier cas : les citoyens doivent se prononcer à propos d'un seul et unique sujet en terme de "c'est mon intérêt" (1) ou "ce n'est pas mon intérêt" (0).
gauss.jpg
Nous obtenons ce qu'on appelle en statistique une loi binomiale (pile ou face, blanc ou noir, vrai ou faux, 1 ou 0,flamand ou non-flamand...) dont la distribution des fréquences pour un grand nombre d''épreuves converge vers une distribution normale centré réduite que nous connaissons mieux sous le nom de"courbe de Gauss" (théorème de Moivre-Laplace).
 
Dans ce cas, l'intérêt de la majorité de la population est celui de la moitié de la population +1.

Mais voila...

Il est peu probable que l'intérêt de la population soit unique.2gauss.jpg
Plus généralement, il est le reflet de plusieurs facteurs et la courbe qui en résulte est plus complexe, de sorte que "l'intérêt du plus grand nombre" peut impliquer une population plus nombreuse que celle de la majorité simple.

Illustration :

Nous venons de vivre une crise politique traversée par au moins trois clivages : flamands/non-flamands, gauche/droite et ecolo/non-ecolo.
Il y a donc 2*2*2=8 formes d’intérêts possibles et la démocratie comprise comme l’intérêt du plus grand nombre doit tenir compte de toutes les combinaisons possibles...
L'exemple est simpliste, mais en multipliant les centres d'intérêts, il devient facile de démontrer que l'intérêt du plus grand nombre ne veut pas dire celui de la seule majorité flamande...

En conséquence, ne prendre en compte que cette seule dimension est anti-démocratique puisque d'autres intérêts (éventuellement plus nombreux...) auront été négligés...

La N-VA a les paramètres suivants : flamande, de droite, non-ecolo.
A elle seule, elle ne représente qu'une des huit combinaisons possibles.
Prétendre, comme elle le fait, que le gouvernement fédéral n'est pas démocratique parce que le principal parti de Flandre n'y siège pas... est une conception antidémocratique de la démocratie...

C'est en fait un slogan qui démontre à lui seul le caractère lobbyiste (défense d'un intérêt particulier) et non politique (gestion de l'intérêt général) de ce qui est en réalité la branche politique du mouvement flamand...